mardi 25 janvier 2005

"ensemble, c'est tout" - anna gavalda - éd. Le Dilettante

"... Non, ne pleure pas... Tiens, prends mon mouchoir, petite fille... Mais il y a une chose que je dois te dire : les gens qui s'arrêtent de parler deviennent fous. Chu Ta, par exemple, je ne te l'ai pas dit tout à l'heure, mais il est devenu fou et très malheureux aussi... Très, très malheureux et très, très fou. Il n'a retrouvé la paix que lorsqu'il était un vieillard. Tu ne vas pas attendre d'être une vieillarde, toi, n'est-ce pas ? Dis-moi que non. Tu es très douée, tu sais ? Tu es la plus douée de tous les élèves que j'aie jamais eus, mais ce n'est pas une raison, Camille... Ce n'est pas une raison... Le monde d'aujourd'hui n'est plus comme celui de Chu Ta et tu dois te remettre à parler. Tu es obligée, tu comprends ? Sinon, ils vont t'enfermer avec de vrais fous et personne ne verra jamais tous tes beaux dessins... "


Je suis d'accord, cet extrait n'a rien d'exceptionnel ni de terriblement révélateur. D'ailleurs, il est même assez hermétique. Mais au fil de ma - seconde - lecture, lorsque je suis passée dessus, je me suis dit sans raison "tiens, si je présente ce livre, je choisirai cet extrait" ; et curieusement, c'est ce même extrait que j'ai retrouvé ensuite sur le quatrième de couverture (je ne les lis jamais avant le bouquin). J'aime les coïncidences.

Ce livre est une merveille au sens le plus hyperbolique du terme. Il raconte l'histoire de quatre personnes qui n'ont rien à voir les unes avec les autres.
"Quatre allumettes placées ensemble au-dessus d'une flamme.
Et, pfiou...
Tout s'embrase."


Dans ce livre, il y a la vie. Il y a l'art, l'amour, la beauté, le sarcasme, le grotesque, le divin. La misère, le plaisir, la simplicité et les labyrinthes... Les passions, les lâchetés, les erreurs... L'encre de Chine, l'Histoire de France, la cuisine et les fleurs, la vieillesse, la maigreur, la tendresse, Marvin Gaye, Vivaldi, Sempé, le shopping, la poésie, et Van Gogh, Paris, le théâtre, ....tellement de choses incomparables... C'est comme vivre pendant quelques heures une autre vie non moins réelle que la sienne.... C'est un livre qui vous prend et qui ne vous lâche plus. Jusqu'à la fin. Et écrit légèrement, puissamment, simplement, joliment, parfaitement - cette fille, ce putain de génie a le culot de servir avec élégance ce qu'elle a préparé avec tant de talent, d'originalité, de force et de précision.

Peut-être que parce que c'est ce que je voudrais avoir la force d'écrire, je suis plus sensible à ce style si particulier déjà entrevu dans "Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part" (un recueil de nouvelles-snack à déguster en apéro) ou "L'Echappée Belle" (un bouquin-crudité qui peut servir d'entrée) > essayez donc de les ouvrir si le pavé vous rebute, vous verrez bien s'ils vous ouvrent l'appétit.

Moi, en tout cas, je pourrais ne me nourrir que de clopes et de gavalda.

Aucun commentaire: