jeudi 14 avril 2005

Angie don't you weep

Assise sur le rebord de ma fenêtre, j'écoute ce CD que j'ai fait pour toi. Il pleut. De temps en temps, le vent fait frapper ces gouttes contre moi et c'est froid. Ce sont les larmes que je ne verse plus, mais elles sont toujours là, dehors, partout.
Il paraît que l'amour c'est comme un cigarette. Oui, cet amour, c'est comme cette cigarette et toutes celles que j'ai fumées avec toi. Elle se consume lentement, et c'est bon. Cette fumée qui vient en moi. Bouffée après bouffée, plaisir après plaisir, "minute after minute, hour after hour". Je l'accueille sans me rendre compte. Je l'attends. Je l'aime.
Jusqu'au filtre.
Amer. Noir de toute ce qu'il a accumulé. Noir de souvenirs et d'émotion.

Oui, je me complais, c'est vrai. Je caresse le bord rugueux de mon fume-cigarette. Je ferme les yeux, je sombre, je les rouvre.
Et maintenant Georgia... Georgia... No peace I find. Jus' an ol' sweet song...
Cette pluie qui ne veut pas cesser. Dans mon ventre, elle bat comme un orgasme.

Dans mes oreilles, dans ma poitrine, elle bat comme un coeur.

Je ne sais plus si je veux qu'elle s'arrête. Je crois que je crois en elle comme je crois en toi. Avec lassitude, avec ironie. Parce que maintenant je l'ai comprise. Je ne comprends pas le soleil, je l'aime. Je ne le touche pas, je ne l'atteins pas, je l'adore. Je le laisse m'étreindre. Je crois le toucher mais je caresse le vent. L'herbe. Les fleurs. Il est trop loin, trop beau.
La pluie, je la pleure. Je la moque. Je la pousse. La pluie... Je souris.

Et les autres, ils sont dans ce paquet de mangues à côté de moi. Je ne les ai aps touchées encore parce que je suis trop pleine de toi pour avoir faim. Mais crois-moi, je le ferai. Le sucre, ce sera pour plus tard.
Après cette autre cigarette.


C'est drôle, maintenant c'est "Dreams Are My Reality". Et tu vois, c'est un sourire différent. Parce que ça, c'est ce que tu ne m'as pas pris. Moi. Mes rêves. Le sentiment proche de la joie que j'éprouve en écoutant ce genre de chansons. Les films que j'aime. La beauté. Douce. Universelle.
Et ensuite, c'est encore mieux. "No Surprises". Je n'écoute pas les paroles. Cette chanson, pour moi, c'est l'Auberge Espagnole: Xavier qui accroche ses photos sur les murs de sa nouvelle vie. Il s'allonge sur son lit. A la fois un peu mélancolique et plein d'espérances.
Tu te souviens, quand je t'ai rencontré, j'avais peur de l'avenir. Je m'accrochais au passé, à mes souvenirs d'avant le bac. A présent, je regarde devant moi. Ce que je vais vivre de nouveau avec d'autres personnes. Tu seras là quand même. Une photo. C'est tout.

Tu m'auras juste désabusée un peu plus. Tu vois, on peut être aussi midinette et pailletée que moi et avoir le coeur gris comme les poumons. On peut être "une petite fille en pleurs".

Je vais manger une mangue, maintenant, je crois.
Je referme la fenêtre. Je me pelotonne dans mon grand lit.
Je passe toutes les chansons jusqu'à "Asleep On A Sunbeam".

Voilà.

6 commentaires:

Nivea Man a dit…

Quand je me disais qu'il y avait quelqu'un...

Nivea Man a dit…

elle n'est venue que pour écrire un truc triste sur sa vie qui semble trépidante...mais bon, c'est à ça que sert un blog orienté lettres façon journal intime; quelle confiance accordée à ces stupides internautes, ceux qui ne me connaissent même pas! mais bon, quel exutoire formidable...euh en fait je suis le seul que personne ne connaît ici ?

Seppuku a dit…

Bisous, et couraaaaage litchee baby.

Anonyme a dit…

Aspirer dans un tourbillon de mélancolie, les lamentations n'en finnissent plus... mais il est clair que cela fait ta force d'écriture.
J'ai envie de dire que c'est poingnant mais trop n'en faut.
Ton passé serait foutu...et ton futur deja aussi!!
J'ai bien peur que a force de grandir, le passé qui est ton futur actuelle sera belle et bien foutu ainsi que ton futur futur que tu bases sur le passé futur.
( difficile a comprendre je sais voir meme incompréhensible)

Je pourrais comparer ta vie à un systeme bouclé du 2eme ordre dans lequel les gains émotionnels de chaque sous systeme sont trop élevé pour maintenir un signal stable...
->traduction : a chaque chocs émotionnel on risque de faire s'emballer la machine qui est en l'occurence ton esprit...

pourquoi je dis tout ca ?-> aucune sinon une envie d aller contre l'obscur et une fausse tristesse...

Davies & Co a dit…

lui doit être en école d'ing ou un truc du genre

Litchee a dit…

peut-être, mui.


mais permettez-moi de le (re)dire: je ne mérite aucun apitoiement. ce post est loin d'être aussi personnel qu'il en a l'air, et même s'il ne contient que des vérités, j'en ai travaillé l'écriture, je le reconnais sans problème, ce n'est pas (vraiment) un cri du coeur.

de plus, je croyais vraiment avoir montré de l'optimisme sur la fin. rien n'est jamais absolu, mais je suis loin de me vautrer dans la nostalgie comme j'ai pu le faire auparavant. sisi.