mercredi 31 août 2005

Où est Litchee?

Bonjour, amis de Litchee!

...Je vous prierai tout d'abord de ne pas m'imaginer vêtue d'un pull à rayures et d'un bonnet.

J'ai eu envie de vous écrire, aujourd'hui. (En fait, c'était hier. Ne perdez pas le fil) J'étais au soleil, écoutant Nostalgie et regardant un gamin sauter sur les bosses en vélo avec des cris de joie.
Maintenant, je suis rentrée. J'ai pleeein de trucs à vous raconter.

Pour commencer, petite relecture de mon cahier. Pas mal de billets d'humeur sauvages un peu oubliés: "Le souvenir de la tranquilité. D'une chambre minuscule mais qui, bonheur, fermait à clé et sentait l'encens." "J'aime la douceur, j'aime ce qui est lisse" "Je cache entre mes bras des pleurs secs, tremblants. J'ai mal à mon putain de nez, merde" "Les gestes quotidiens s'enchaînent (...). Ils ont parfois quelque chose d'apaisant (...). L'effort réside dans la contrainte. La liberté suffit à annuler l'effort."

Qui a dit "lunatique"?

A part ça, les Orchestrades. Dix jours intenses. Un côté doux, un côté dur. Beaucoup, beaucoup de sensations.
Un peu de confusion aussi. La musique, comme ça, tout le temps, tout autour, les concerts, le plaisir, la fatigue, le stress, la concentration... l'émotion. Tout le monde aime sentir ses entrailles danser, surtout un archet dans la main, d'accord, c'est indescriptible. Mais tant de fois en si peu de temps, putain, whoo.

Lui, aussi.
Que puis-je dire sans frôler l'impudeur?
Je suis heureuse. Voilà. ^_^


Dans un mois, même moins, je serai de nouveau à Nantes. Mon île de Versailles, mon soleil, mes rues, ma Fnac, mon passage Pommeraye, mon tabac devant la fac, mon tram, ma liberté.
Et ma loutre avec moi, aussi. Et mon morse, le plus possible. Et les autres, je vous fais confiance aussi pour les absinthes à la Gargouille, le vrai repas de temps en temps (économie = sagesse estudiantine), le slam du 13bis... et mon fuckin' anniversaire.
Oh, et puis on ira peut-être en cours, pour changer.

Je sens, et c'est si rare, le goût du bonheur.