dimanche 13 septembre 2009

More fangirlism




Ca fait longtemps que je voulais faire une petite compilation de "Favourite Dolly Quotes"...

Q : Dolly, how long does it take to do your hair ?
A : i don't know, I'm never there !

I wanted to be the first woman to burn her bra, but it would have taken the fire department four days to put it out.

I'm not offended by all the dumb blonde jokes because I know that I'm not dumb... and I also know that I'm not blonde.

The way I see it, if you want the rainbow, you gotta put up with the rain.

It costs a lot of money to look this cheap !

I'll never harden my heart, but I've toughened the muscles around it.

I have little feet because nothing grows in the shade.

(On her famous bosom) People are always asking me if they're mine. Yes, they are... all bought and paid for.

I look just like the girls next door... if you happen to live next door to an amusement park.

If you don't like the road you're walking on, start paving another one.

samedi 12 septembre 2009

Dolly Parton & Chet Atkins - Longer Than Always

vendredi 11 septembre 2009

"If I loved you less, I might be able to talk about it more"



C'est une vérité universellement reconnue que les romans de Jane Austen ne racontent des histoires d'amour que parce qu'elles leur permettent d'aborder d'autres thèmes plus graves, et de faire la démonstration de l'immense talent narratif de leur auteur. Aussi, il est mal vu de s'en émouvoir au détriment du reste.
Et pourtant... qu'elles sont belles, ces histoires d'amour qui se finissent toujours par un mariage, et dont on moque parfois la pruderie et le caractère systématique.
Elles sont belles parce qu'elles sont l'exact opposé des histoires romantiques. Sans insulte aucune au génie de Shakespeare, elles sont l'exact opposé de son Roméo et de sa Juliette, amoureux au premier regard, amoureux sans se connaître, sans se parler, sans se voir.
Les personnages de Jane Austen sont amis bien avant d'être davantage. Ils s'étudient, s'opposent, se confient, ils se trompent en croyant aimer ailleurs et font l'analyse détaillée de chacun des mouvements de leur coeur et de leur esprit. Quoi de moins romantique que cet inventaire ?
Or c'est cela qui moi, m'émeut au plus haut point. C'est que ces personnages s'aiment pour de vraies raisons. Ils s'aiment non pas parce que leurs cheveux sont faits de lumière ou leurs yeux de saphir, mais parce qu'ils sont droits, honorables, intelligents, honnêtes.
Peut-être le plus beau couple est-il celui d'Emma et de M. Knightley. Plutôt qu'un prince charmant, un vieil ami aimant mais sincère dans ses critiques; plutôt qu'une belle princesse, une jeune femme à l'esprit fertile, vif, courageux et humble. L'amour naît non pas de l'aventure, mais du quotidien. Cela pourrait être d'un ennui sans nom. Ce n'est pas le cas. C'est passionnant.
Ces romans sont un miracle pour moi car ils montrent que la beauté et l'amour n'ont pas besoin de l'esbroufe pour exister.

vendredi 4 septembre 2009

A Room of One's Own

Le son de la pluie me fait toujours autant d'effet.

Au milieu du grondement des voitures qui glissent sur le bitume brillant, je suis dans un cocon rose, lit flottant au premier étage, fenêtre ouverte sur la rue.
Parfois je me sens si bien dans mon nid que j'ai l'impression de vivre les fantasmes d'indépendance de mes quinze ans.
Une chambre à soi, comme Virginia Woolf.

Plic. Plac.

J'entends des cris indistincts et des bribes de conversation.

La ville à deux heures du matin est comme une forêt dans laquelle chaque bruit contribue à créer l'atmosphère.

Enfant, je n'ai pas dormi bercée par les vrombissements de la route. Je pense que c'est pour cela qu'aujourd'hui, ces sons me font autant rêver.
Comme une harmonie avec la ville et le monde, comme vivre par procuration les vies de ces voyageurs nocturnes.
Que font-ils ? Où vont-ils ?

Mes rideaux me protègent du dehors mais ma fenêtre est toujours entrouverte.

J'ai toujours aimé la nuit.
Cet éclat particulier qu'ont les fenêtres allumées au crépuscule.
La nuit est comme une page vierge, sans but ni obligations.

Ecrivant sur mon lit blanc, dans la chambre rose, dans la nuit bleue, rideaux qui se balancent au vent et lampe de chevet allumée.
Que c'est bon d'être libre et en vie.