vendredi 30 juillet 2010

Désoeuvrement

J'ai retrouvé ces quelques lignes dans mes affaires, je pense qu'elles datent de trois ans environ.
Elles sont écrites sur une de ces feuilles de couleur que l'on utilise comme brouillon lors des examens.

Tandis qu'autour de moi studieusement s'affairent
Les autres étudiants, penchés sur leurs copies,
Mon esprit vagabonde et je ne sais que faire,
Désemparée, oisive au milieu de l'amphi.

Que puis-je bien vous dire, Joachim du Bellay ?
En vérité je goûte votre poésie,
Mais que dire, que faire enfin, qu'y ajouter ?
C'est briser sa valeur que d'estimer son prix.

A vous je dis de même, bon sire Rabelais.
Votre histoire n'est pas sans me plaire, pardieu.
Toute drôle, toute belle qu'elle soit je ne peux
Pourtant sus disserter, car carnage serait.

Enfin monsieur de Troyes !... Enfin, mon cher Chrétien !...
Sur vous je n'ai pas même un compliment à faire.
Que dire... Voyons... Je cherche... Ah ! Ca y est, il me vient
Un conseil : fourrez-vous votre épée au derrière.

dimanche 25 juillet 2010

Of Mice And Dumb People

J'aime beaucoup les animaux.
En tout cas, ceux qui ne piquent pas. Et encore, même les insectes arrivent parfois à m'attendrir en leur qualité de petit être vivant aux motivations obscures, petit maillon de la grande chaîne mystérieuse de la nature de la vie de la planète du monde.

Mais il y a un truc que je ne supporte pas, c'est les illuminés au grand coeur qui professent leur grand amour des animaux en dépit du bon sens le plus élémentaire.

L'exemple le plus récent est ce post de Maliki.
Non mais sérieux quoi.

MODE D'EMPLOI DU MONDE
~~~ à l'intention des amoureux des animaux ~~~

1) Tout animal a le droit de vivre où bon lui semble sur la planète, même (surtout) chez toi. Hm ? Territoire ? Was izt das ?

2) Lorsque tu trouves un animal dans ta maison, enferme-le immédiatement dans une cage ou un vivarium. Il sera ainsi beaucoup plus heureux et épanoui.

3) Lorsque ces animaux se reproduisent chez toi, toute régulation des naissances est proscrite. Tu as la chance d'être témoin du grand miracle de la vie !

4) Lorsqu'on se permet une critique à l'égard de tes animaux, sors ton argument final et définitif : l'être humain est pire. Car l'auto-flagellation est un argument absolument incontrable. (Des méchants prétendent qu'on peut y faire des réponses du style "L'être humain est pourtant la seule espèce qui se pose la question de tuer ou pas un autre animal et de quelle manière" ou "Qu'attends-tu donc pour rendre un grand service à la planète en mettant fin à tes jours", mais étant méchants, ils sont bien évidemment de fieffés menteurs.)

5) Enfin, lorsque tu commenceras à te sentir envahi, refuse toute alternative "violente" à la mort par compression dans ton appartement rempli d'animaux.

Cette histoire est un exemple assez typique de ce que nous appellerons dorénavant le Stupid Meddling. Ergo, l'action de se mêler de ce qui ne nous regarde pas en pensant bien faire, ce qui conduit en général à l'aggravation de la situation.

Les espèces, smarty-pants, ont tendance à se réguler naturellement, étant donné qu'elles coexistent depuis un petit bail.
Il est normal d'essayer de sauver celles qui sont en danger de disparaître complètement.
Les autres n'ont PAS besoin de notre aide. Leur permettre de pulluler pour la simple raison que "c'est mignon" peut conduire à des déséquilibres et provoquer des catastrophes écologiques.

Alors par pitié, Maliki et tous les autres mous du bulbe amoureux de la nature, abstenez-vous de sauver le monde. En dépit des apparences, je crois qu'il se porte mieux sans votre aide.

vendredi 16 juillet 2010

No surprises



Pas de surprises mais tant de souvenirs.
Sentiments mêlés, gorgées de bière.
Emotions et sensations d'herbe sèche.

J'ai l'impression d'avoir vécu plusieurs étés mais aucun printemps

Plusieurs impressions mais aucune réalité.
J'ai l'impression d'être hors de moi-même.

Des musiques qui m'emplissent entièrement.
Des fêtes dont je ne me souviens pas.

Une mélancolie qui ne coule dans aucune direction

Je vis une vie sans but en attendant de vivre
J'essaie d'oublier sans jamais y arriver

Je chéris des morceaux de rêve comme des morceaux de sucre
J'attends d'ouvrir la bouche et d'apprendre où je vais.

J'aimerais savoir que mon printemps existe plus loin sur la route
Caché par la poussière

mercredi 14 juillet 2010

The Unfading Beauty

He that loves a rosy cheek,
Or a coral lip admires,
Or from star-like eyes doth seek
Fuel to maintain his fires:
As old Time makes these decay,
So his flames must waste away.

But a smooth and steadfast mind,
Gentle thoughts and calm desires,
Hearts with equal love combined,
Kindle never-dying fires.
Where these are not, I despise
Lovely cheeks or lips or eyes.

Thomas Carew