mardi 23 novembre 2010

Abrutis


Arte/Philosophie - 14/11/2010 - Extrait original sur les JV
envoyé par 3emeType.

J'ai vu des dizaines d'amitiés se former grâce aux jeux vidéo. J'ai vu des histoires d'amour commencer dans ou grâce à un jeu vidéo. J'ai vu des communautés se bâtir, évoluer, et devenir un ciment indestructible entre des gens totalement différents unis par des passions communes.
J'ai lu l'histoire d'un tétraplégique à qui le jeu vidéo permettait des choses normalement inconcevables dans sa situation. Avec ses amis et son épouse, il relève les mêmes défis que les autres. Il a la chance, unique dans sa vie, d'être comme les autres.
J'ai vu des jeunes gens développer des talents qu'ils n'auraient peut-être jamais exploités, sans le jeu vidéo : chant, arts plastiques, écriture… Et recevoir des félicitations, des encouragements, parfois un "vrai travail" en récompense. J'ai vu des gens y consacrer leur vie et s'épanouir dans un boulot qui les passionne.
J'ai vu des équipes improbables travailler ensemble, explorer leurs propres forces et faiblesses, apprendre à conseiller sans vexer, à recevoir une critique sans se mettre en colère.
J'ai eu la chance incroyable de voir ma soeur, que j'adore, devenir amie avec mes propres amis - à travers le jeu.
Si j'avais le temps, je ferais la liste de toutes les choses dans ma vie et dans celles de mes proches qui auraient été différentes, sans le jeu vidéo. Des gens qui n'auraient pas eu d'enfant, des gens qui se seraient abîmés dans la solitude et la dépression, des gens qui, s'ils avaient "vécu" au sens de M. Colas Duflo, auraient moins vécu.
Je vois des gens qui s'aiment, qui imaginent, qui apprennent, qui rient, qui pleurent, qui échouent puis qui réussissent, qui VIVENT dans tous les sens du terme, et si certains ont des têtes d'abrutis, bon sang, ce sont mes abrutis à moi et je les aime à la folie.

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Je suis étonné que personne n’ait réagi — et il n’est pas étonnant, en revanche, que moi je réagisse bien longtemps après.
Je suis affligé de voir que des gens qui passent pour intelligents et s’abritent derrière une culture (ou un étalage de références culturelles, pour mieux dire) soient en fait d’un tel niveau de bêtise ; de voir à quel point en étant juste à côté de certains faits (le monde virtuel) ils ne poussent pas le raisonnement au bout (le monde virtuel n'est pas vide), juste pour garder leurs idées réactionnaires, “le jeu vidéo, c’est mal”. Et quelle inconnaissance, aussi, de la variété des jeux !
Affligeant est au-dessous de la réalité : c’est désolant et gerbant.