dimanche 2 octobre 2011

HAINE.

C'est la mode de bloguer sur la haine. Et par "c'est la mode" je veux dire qu'Hao l'a fait et que donc je l'imite.
Monkey see, monkey do.
Vous remarquerez que ma haine est particulièrement concentrée sur les gens. J'y peux rien, les chats et les gratins dauphinois me laissent vivre ma vie tranquille, EUX.

JE HAIS les gens qui disent une connerie (ou au mieux une platitude) et finissent par "Méditez là-dessus". Je médite actuellement sur la façon dont je pourrais leur éclater les rotules, leur crever les yeux et leur faire boire leur propre sang par litres entiers, tout ceci sans les tuer.

JE HAIS les gens qui disent "arrêtez de me corriger sur telle faute d'orthographe (exemple : je ferai/je ferais), je retiendrai jamais alors ça sert à rien". FAIS TOI UN POST-IT, BITCH.

JE HAIS les gens qui passent leur temps à scruter les jeunes filles pour estimer leur âge et le comparer avec leur tenue vestimentaire. Mention spéciale pour les connards (surtout des connasses, en fait, malheureusement) qui les prennent en photo en douce pour twitpic-er leur désapprobation. La vacuité de leur vie quotidienne me terrifie.

JE HAIS les gens qui disent "le but de l'art est de susciter des réactions, bonnes ou mauvaises ! Donc ce sandwich jambon-beurre géant installé de manière permanente au milieu du château de Versailles remplit parfaitement son rôle". Je ne suis pas certaine de connaître le but de l'art, mais si par hasard c'est l'incitation au meurtre d'élus locaux, ça marche du tonnerre.

JE HAIS les gens qui utilisent "féministe" comme un gros mot. Dialogue entendu récemment (de la bouche des invitées d'un podcast pourtant chéri) :
Fille 1 : "Les organisations type Girls In Tech, c'est quand même limite, genre... c'est les filles entre elles, genre tu vois..."
Fille 2 : "Ouais ça fait un peu féministe"
Fille 1 : "Ouais voilà"
Je crois pas avoir besoin de commenter.

JE HAIS les gens qui regardent, pour rire, des vidéos de malades atteints du syndrome de la Tourette (en général ceux qui crient des insanités, notez que c'est une variante rare de la maladie).
Hahaha, trop marrant, le mec il a une maladie neurologique qui en fait la risée de l'humanité, et ce à vie ! ;D lol

JE HAIS les gens qui se croient très malins de t'expliquer, si tu mentionnes le MBTI, que c'est quand même trop nul de mettre des gens dans des cases et de toute façon eux ils sont inclassables (le tout sans connaître le début du premier mot des théories du MBTI, bien sûr).

JE HAIS les gens qui passent leur temps à se plaindre que "dans notre société on est jugé sur l'apparence" alors que ce sont eux-mêmes les plus enragés à le faire. Mention spéciale pour ceux qui considèrent que si une fille est jolie ou porte des talons hauts, elle est très certainement idiote.

JE HAIS les gens qui font mal leur travail et qui mettent un point d'honneur à écraser ceux qui essaient de le faire du mieux qu'ils peuvent. Ça a l'air d'un cliché, mais bon sang, j'en ai rencontré des secrétaires qui méprisent totalement les usagers/patients et essaient de saboter les efforts des autres pour les aider.

JE HAIS les gens qui se disent "bilingues" parce qu'ils parlent relativement bien une langue, en général l'anglais. Pour prendre un exemple, Hao a obtenu la note de 980/990 au TOEIC et ni elle ni moi ne considérons que sa compétence correspond au bilinguisme. Être très, très à l'aise en anglais à l'écrit et à l'oral ne signifie absolument pas que l'on approche même la compétence d'un locuteur natif.
Cher "bilingue", je vais te faire une faveur et t'offrir un petit auto-test gratos : comment dit-on "Ortie" en anglais ? "Poivron" ? "Girouette" ? "Toupie" ? "Poissonnier" ? "Menottes" ? "Navet" ? "Tisane" ? "Louche" ? "Courgette" ? "Galet" ? "Mollet" ? "Corde à sauter" ?
Dis donc, je me trompe peut-être, mais il me semble que pour un bilingue, tu galères beaucoup sur ce vocabulaire digne d'un enfant de dix ans.

Mais le pire dans tout ça, c'est que j'ai beau les haïr de faire tous ces trucs, au fond je peux pas m'empêcher d'aimer les gens.
Stupide Litchee !